Conférence « L’affaire Nestlé face à la justice »

Avec Javier Correa, Président du syndicat colombien Sinaltrainal ; Marcel Bosonnet, Avocat et Représentant de la partie plaignante en Suisse ; Wolfgang Kaleck, Secrétaire général de l’ECCHR et Annelen Micus (ECCHR).

Ce mercredi 4 décembre à 19h30 dans le Centre Universitaire Catholique à Lausanne (3 boulevard de Grancy ) les organisations  Attac Suisse, Brot für die Welt, European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR), Multiwach, le Groupe suisse de rencontres pour la Paix en Colombie, Misereor et solidaritéS invitent à la conférence « L’affaire Nestlé face à la justice ».

Dans cette conférence nous avons l’opportunité d’écouter à Javier Correa, Président du syndicat colombien Sinaltrainal ; Marcel Bosonnet, Avocat et Représentant de la partie plaignante en Suisse ; Wolfgang Kaleck, Secrétaire général de l’ECCHR et Annelen Micus (ECCHR).

Une conférence similaire organisée par Solifons, le Groupe de Travail Suisse Colombie et Amnesty International aura lieu aujourd’hui mardi 3 décembre 2013 à 19h00 à Uni Tobler (Université de Berne), Lerchenweg 36, 3012 Berne, salle F-113.

Description de la situation

En mars 2012, l’European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR) ainsi que le syndicat colombien des travailleurs de l’agroalimentaire Sinaltrainal ont déposé une plainte pénale à Zug contre cinq personnes dirigeantes de Nestlé ainsi que contre l’entreprise Nestlé. Il est reproché à ces personnes de n’avoir pas prévenu et empêché la mort du syndicaliste et ancien employé d’une usine de Nestlé, Luciano Romero. En effet, ces personnes avaient été informées des menaces de mort et des diffamations proférées à l’encontre de Luciano Romero. Ils étaient dès lors dans l’obligation de prendre des mesures pour réduire le risque. Après renvoi de l’affaire au Ministère Public du canton de Vaud, celui-ci à décidé, en mai 2013, de ne pas procéder à l’ouverture d’une enquête. La veuve du syndicaliste Luciano Romero a alors déposé un recours au Tribunal cantonal contre cette décision de non-entrée en matière. Le Tribunal cantonal devrait se prononcer dans les jours ou semaines à venir sur les suites à donner à la plainte. Par ailleurs, le cas de Luciano Romero a été déferré à la Cour pénale internationale en octobre 2012 dans le cadre d’un rapport d l’ECCHR démontrant la persécution systématique des syndicalistes en Colombie.

Le 9 novembre dernier, Oscar López Triviño, un autre employé de Nestlé et membre du syndicat Sinaltrainal, a été tué par balles. Tout comme dans le cas de Luciano Romero, des menaces de mort provenant de groupes paramilitaires ont précédé sa mort. Les auteurs de ces menaces reprochaient aux syndicalistes de porter atteinte à l’image de Nestlé. Par ailleurs, dans un communiqué rendu public à la fin du mois d’octobre, le président de Nestlé de Colombia SA, Monsieur Manuel Andrés Kornprobst, avait également accusé le syndicat Sinaltrainal de sabotage et de porter atteinte à l’image de Nestlé en entreprenant des actions prétendument violentes.

 Lors de la présentation du 3 décembre, Javier Correa, Président du syndicat Sinaltrainal rapportera la situation actuelle de persécution des syndicalistes en Colombie. Il présentera en particulier la condition des syndicalistes dans les usines de Nestlé et appréciera l’importance de la procédure en Suisse pour la situation en Colombie. Wolfgang Kaleck précisera les conséquences qu’ont la procédure transnationale sur le procès en Colombie et présentera le devoir de diligence, tel qu’établi dans les standards internationaux, dont les entreprises multinationales doivent faire preuve, lorsqu’elles sont actives dans des zones de conflit, à l’image de la Colombie. Marcel Bosonnet, qui représente la veuve de Luciano Romero, rapportera l’état actuel de la procédure contre Nestlé en Suisse.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *